La Caverne d’Alibasteuf, partie 2

Précédemment, dans la Caverne d’Alibasteuf : Sonya, l’Aventurière à la Tignasse Lacérante, avait réussi à pénétrer dans le nirvana de l’équipement. Tandis qu’elle argumentait avec Roger, l’Administrateur de Caverne, un événement impromptu survint !

— Hé ho ! Que se passe-t-il ?

— Ils ont fini par réussir à entrer !

— Mais qui donc ?

— La Ligue des 40 Vilains Voleurs Volages !

Sonya secoua la tête.

— C’est bizarre, j’ai une impression de déjà vu.

— Effectivement, moi aussi j’ai cette impression. Ce doit être un effet de l’Artefact Omniscient de Narration Pédante. Parfois, il déconne un peu lors des transitions ce qui peut entraîner de courts retours en arrière.

— Tout s’explique. Et sinon, les Voleurs Volatiles ? C’est qui ? Ils veulent quoi ?

— Les 40 Vilains Voleurs Volages ou 40 triples Vs, des larrons qui veulent prendre possession de la Caverne d’Alibasteuf et garder tout son contenu uniquement pour les membres de leur bande.

— Pas très partageurs.

— La Caverne d’Alibasteuf a toujours été ouverte aux aventuriers méritants pour leur permettre de venir s’équiper et déposer les artefacts dont ils n’avaient pas ou plus besoin. C’est un centre de partage et de solidarité. Les 40 triples Vs ne sont motivés que par l’avidité et le pouvoir.

— Alors il faut leur casser les dents !

— La Ligue Héroïque de Défense des Aventuriers Intègres a été prévenue, mais j’ai peur qu’ils n’arrivent trop tard. Si les 40 triples Vs arrivent à se barricader dans la caverne, même les héros ne pourront pas rentrer. En terme technique, c’est la dèche !

Sonya réfléchit puissamment :

— Nous sommes déjà à l’intérieur, nous. Nous pouvons certainement leur défoncer le crâne et ouvrir la route aux Héros Héroïques.

— Le protocole dicte de déclencher l’alerte et de se cacher en attendant l’arrivée des renforts. Si jamais nous sommes découverts, nous devons nous constituer prisonniers. C’est la procédure la moins risquée pour nos vies.

— Petite fiotte.

— Hé ! Je ne suis pas un Combattant Féroce Allaité par une Minotaure moi ! Je suis juste un Administrateur de Caverne Gringalet.

— Le lait de minotaure a des propriétés spéciales ?

— Il parait que c’est un anabolisant.

— Intéressant Bon, puisque tu t’auto-déclares inutile, je vais me passer de ton soutien. L’action m’appelle !

— Sérieusement ? À 1 contre 40 ?

— Même pas peur !

— Puisque votre Désir de Mort Violente est établi, autant vous aider à entraîner le maximum de ces Veules Voleurs avec vous. Je suis peut-être inutile pour ce qui est de l’action, mais je peux vous équiper décemment pour augmenter votre potentiel de combat.

Sur cette promesse, Roger trifouilla son Gros Bracelet Vaudoumatique d’Administrateur de Caverne. L’instant d’après, d’épais fils d’une araignée probablement en obésité morbide s’attachèrent à Sonya.

— Que fais-tu ? Où va-t-on ? Il me faut une armure !

— Oublie ces Babioles Médiocres pour Touriste. Si tu tiens à affronter les 40 triples Vs seule, il va te falloir du vrai matos. Je t’emmène à la Chambre Forte du Gros Bill.

L’Aventurière à la Tignasse Lacérante voulut répondre, mais seul un hoquet s’échappa lorsqu’elle fut subitement arrachée du sol. Emportée comme une Poupée de Chiffons d’Enfant Turbulent, Sonya visita la voûte de la Cave Principale avant d’atterrir sur une plateforme attachée au plafond. Depuis cette position, elle discerna quelques silhouettes qui commençaient à s’aventurer parmi les rayons. Elle serra les dents… Voleurs !

— Par ici !

Sonya suivit Roger. La plateforme rejoignait un couloir creusé dans la roche qui lui-même déboulait sur une petite salle. Seule autre issue : un puits profond d’une quinzaine de mètres.

— Et maintenant, que fait-on ?

— L’entrée de la Chambre Forte du Gros Bill se trouve au fond de ce puits.

L’Aventurière à la Tignasse Lacérante jeta un Œil Curieux mais Prudent en contrebas.

— Je ne vois rien.

— Le fond du puits est en réalité une Barrière Aéro-Cinétique. À basse vitesse, elle est aussi solide que du roc. Par contre, à haute vitesse, elle ne présente pas plus de résistance que l’air.

— J’ai rien compris.

— C’est ce qui fait toute la beauté de ce système de défense ! N’importe qui de sensé descendrait prudemment au fond du puits et ne trouverait rien d’autre qu’un sol infranchissable, alors que le seul moyen de passer est de sauter.

— Quoi ?

Sonya se pencha à nouveau. Quinze mètres suffisaient largement pour se tuer. Devant son scepticisme, Roger insista.

— Ayez confiance, il y a de la Guimauve de Réception pour atterrir en toute sécurité. Je n’ai jamais réussi à me faire mal, même en sautant n’importe comment.

— Ouais, ben après toi !

— Pas de problème !

L’Administrateur de Caverne sauta en affichant un Sourire Inconscient de la Future Mort Imminente. Sonya en avait déjà vu des chutes mortelles dans ses aventures. Elle s’attendait à entendre les craquements d’os accompagnés de la bouillie de chair caractéristiques d’une telle chute. Il n’en fut rien. Roger passa à travers le sol comme prédit.

Mais si ça se trouvait, un destin pire attendait au-delà. Ce pouvait très bien être une entrée vers les Royaumes Infernaux pas si Profonds que Ça. Ou la bouche d’un Ver de Roche Géant qui la digérerait lentement pendant des jours. Ou un Bassin d’Acide Décapant dans lequel elle fondrait dans d’atroces souffrances en hurlant pour retrouver sa maman. Ou l’antre de Taupes-Scorpions Carnivores Mutantes au poison paralysant pour la dévorer encore consciente.

— Bon alors, vous venez ?

Sonya sursauta.

— Roger ? Mais tu fais quoi là ? Je t’ai vu sauter.

— Ben je vous attendais en bas, mais comme vous n’arriviez pas, je suis venu voir s’il y avait un problème.

— Mais comment t’es remonté ?

— Il y a un Plieur d’Espace à Sens Unique pour sortir de la chambre forte. Bon, on y va ? Ou dois-je vous rappeler qu’une bande de voleurs a commencé à piller la caverne ? Il suffit d’éteindre le cerveau et de se laisser tomber. Comme ça.

Roger se laissa tomber comme une vieille figue trop mûre. Sonya s’attendait à peu près au même résultat lors de l’impact avec le sol. Mais une fois de plus, il n’en fut rien. Si un Petit Administrateur de Caverne Chétif pouvait le faire, l’Aventurière à la Tignasse Lacérante le pouvait aussi ! La poussée d’orgueil ayant dépassé la résistance de la raison, Sonya sauta.

Une fois en l’air, la raison reprit le dessus. Trop tard ! Sonya serra les dents. Le sol se rapprochait très vite ! Elle attendait le choc impitoyable. Mais non, en lieu et place, elle fut accueillie par la matière la plus molle de la création. Si molle qu’elle eut un mal fou à s’en extraire pour rejoindre le patient Roger.

— Vous voyez, ce n’était pas si compliqué.

Un Regard Écorcheur Fulgurant le convainquit de changer de sujet rapidement.

— Les artefacts sont par ici. Il est stipulé qu’ils ne doivent pas quitter la Caverne d’Alibasteuf, sous peine d’apporter le déséquilibre aux mondes. J’imagine que si on s’en sert uniquement à titre défensif, cela ne posera pas de problème de les emprunter.

— Assez de promesses, qu’est-ce que t’as pour moi ?

— L’Armure Overlourde de la Reine Immortelle.

— Pourquoi s’en est-elle séparée ?

— Comme elle est immortelle, elle n’en a pas vraiment besoin.

— J’ai beau être bodybuildée, ça me parait un peu lourd à porter.

— C’est méga lourd, mais ça se porte aussi aisément qu’une robe d’été. L’armure est équipée de servomoteurs qui décuplent la force du moindre mouvement.

— Génial ! Allez, je l’enfile.

— Elle ne fait pas que ça, elle a une liste d’attributs longue comme trois bras. Pêle-mêle : absorption de tous les types de dégâts physiques, protection élémentaire, aura anti-magie, fonction régénérative et curative, mise en sommeil de stase, climatisation, lecteur mp3…

— C’est quoi un lecteur mp3 ?

— Je ne sais pas, mais elle le fait. Bref, vous pourriez nager dans un lac de lave, vous faire mâchouiller puis dévorer par un dragon et ressortir par son anus sans une égratignure. En plus, elle est auto-lavante et désodorisante.

— Tu m’envoies des étoiles Sauf pour l’anus de dragon, je vais effacer cette image de ma mémoire.

— Pour aller avec ça, je vous propose les Bottes Gyro-Gravitiques du Chat Moqueur.

— De quoi se moque le chat ?

— De la gravité.

— Il ne faut pas s’en moquer, la gravité tue.

— Pas avec ces bottes. Elles obligent leur porteur à toujours retomber sur ses pieds et absorbent toute l’énergie cinétique de l’impact. Vous pourriez tomber du ciel et atterrir debout sans rien sentir.

— Sur le papier, c’est inspirant ! Mais je n’aime pas trop jouer avec la gravité quand même.

— Rien ne vous y oblige, mais au moins, si une chute vous tombe dessus, vous serez équipée. Ahahah, “une chute vous tombe dessus”, humour…

Était-il en train de rire tout seul de son propre Jeu de Mot à l’Hilarité Discutable ? Sonya attendit patiemment avec un regard mi-sévère, mi-incrédule. Roger finit par ressaisir sa dignité.

— Hum… Pardon. Elles permettent également de se déplacer silencieusement.

— Formidable, formidable Il me faudrait une arme aussi.

— Par ici.

L’Administrateur de Caverne mena l’Aventurière à la Tignasse Lacérante vers l’armurerie la plus fabuleuse des univers connus. Toute notion d’urgence disparut. On avait toujours le temps de choisir soigneusement son arme. Un soupir traversa Sonya.

Comment pouvait-on rester insensible devant les courbes sensuelles de cette lame ? Que dire de la carrure alléchante de ce marteau ? Et la prise en main de cette lance provoquait tant de plaisir ! Insérer une flèche dans cet arc et le bander…

— Hum… Ce sont des armes, pas des sex-toys.

— Quoi ? Mais bien sûr, pourquoi tu dis ça ?

— Juste pour éviter toute ambiguïté avec votre regard lubrique et votre filet de salive au coin des lèvres.

— Je ne bave p

Ses mots moururent quand le bout de ses doigts lui donnèrent tort. Elle s’essuya d’un revers de manche avec un Grognement Promettant Mille Souffrances s’il s’amusait à commenter d’avantage. Il ne s’y risqua pas.

— Bon, reprenons. Comme l’Armure de la Reine Immortelle me procure une force accrue, je peux me permettre de prendre une arme plus lourde que d’habitude. Par exemple ce marteau, il a l’air bien.

— Heu non, je ne pense pas que celui-ci vous plaira. Vous ne devriez pas le toucher ! Trop tard…

Tandis qu’elle posait la main sur le manche, Sonya fut prise d’une nausée fulgurante. Elle tituba en luttant pour ne pas éjecter le contenu de son estomac.

— Pouah ! Comment oses-tu me toucher, femme ! Tes mains me révulsent ! Retourne faire la cuisine !

La surprise éclata face à cette voix de Caverne Métallique Injectée de Testostérones.

— Qu’est-ce que ?

— La plupart des armes les plus puissantes ont une âme et elles ne sont pas toujours commodes. C’est le cas du Gros Marteau Phallique de la Virilité Suprême.

— Si même les armes se mettent à être sexistes maintenant

— Argh ! Une chienne de féministe en plus, ce sont les pires ! Ces grognasses ne connaissent pas leur place et passent leur temps à vous aboyer dessus. Je n’arrive pas à croire qu’elle ait posé ses mains dégoûtantes sur moi.

Le pot de moutarde explosa au nez.

— Non mais lui je vais me le farcir !

— Qu’est-ce que tu comptes faire ? Tu ne serais même pas capable de briser une allumette avec tes bras de grenouille. Retourne jouer à la poupée ! Non ! Ne me touche pas, tu me dégoûtes !

La nausée fulgurante saisit immédiatement Sonya. Seulement, cette fois-ci, elle ne se retint pas. Avec son Puissant Jet de Vomi Écœurant, elle tapissa l’arme impertinente du contenu de son estomac. Puis elle ponctua avec un signe de main obscène.

— Reviens ici, grognasse, et nettoie-moi ! Plus vite que ça, sinon

— Sinon quoi ? Si personne ne te touche, tu vas juste rester là, couvert de vomi dégoulinant qui va sécher. C’est tout ce que tu mérites !

Une volée d’insultes colorées fusa. L’Aventurière à la Tignasse Lacérante esquiva expertement en s’éloignant sur l’air chantonnant de “Tralala le p’tit bois”.

— Administrateur de Caverne, lave-moi !

— Heu… désolé, c’est-à-dire que j’ai cours d’aqua-poney là. En plus, j’ai oublié mon Chiffon de la Propreté Absolue en Un Seul Passage. Aller, salut !

— Bon, visiblement je vais devoir m’en remettre à ton expertise. Quelle arme me conseilles-tu ?

— Pour miser sur une valeur sûre, je dirais la Lame Perce-Cœur en Bullshitium Expérimental.

— C’est quoi comme matière le Bullshitium ?

— Oh, c’est une matière qui n’existe pas, mais à laquelle on prête tout un tas de propriétés rendant très tristes les lois de la physique.

— Est-ce qu’elle a une âme ?

— Oui. Elle est un peu bavarde, mais globalement d’assez bonne compagnie. Elle possède le savoir et le talent de quarante générations de maîtres épéistes qu’elle peut insuffler dans votre subconscient. Elle peut posséder votre corps pour défendre votre vie en cas d’inconscience ou vous venger si vous veniez à mourir avec la lame en main. Elle est indestructible et fait exploser les autres armes au moindre contact. Elle peut canaliser les éléments tels que la foudre, le feu ou le froid. Elle stoppe les projectiles allant jusqu’à une vitesse de Mach 3.

— Mach 3 ?

— Trois fois la vitesse du son. Elle a une lame monomoléculaire pouvant découper l’acier comme une brique de beurre fondu. Elle profère des railleries déstabilisantes aux ennemis en plein combat et chante des berceuses pour vous endormir. Pas besoin de l’aiguiser, cependant, elle apprécie la caresse d’un chiffon soyeux de temps à autre. Elle fait encore plein d’autres trucs, mais je pense que c’est assez représentatif de son potentiel.

En guise de réponse, Sonya saisit la lame miroitante de Bullshitium. Peut-être était-ce son imagination, mais elle crut voir la matière se muer en un visage souriant.

— Bonjour, je suis Perce-Cœur. Enchantée de faire votre connaissance !

— Ah oui, j’oubliais un détail important. Elle peut changer de forme à volonté pour s’adapter à toutes les situations.

— Bonjour, je suis Sonya, l’Aventurière à la Tignasse Lacérante. Je sens que toi et moi on va s’entendre à merveille.

— Je n’ai jamais eu l’occasion d’être brandie par une aventurière. Je suis ravie de cette nouvelle expérience.

Sonya sourit. Enfin quelque chose d’agréable.

— En appoint, je peux proposer l’Arbalète de Poing à Répétition Impossible de Gui Tell, avec son Chargeur Infini de Carreaux Magiques Perforants à Tête Chercheuse.

— Rien que le nom promet une arme indécente.

— Il n’y a pas grand-chose à ajouter. Concrètement, il suffit d’appuyer sur la gâchette en visant vaguement dans la direction de l’ennemi. C’est magique, donc c’est permis.

— Je suis vraiment obligée de la rendre après ?

— Il en va de l’équilibre des univers. Je sais que vous êtes une personne respectable.

— Hélas, j’ai une conscience

— Pour couronner le tout, si j’ose l’expression, le Casque Tactique Omniscient de Wolle Aque.

— Chouette design !

— En plus des protections usuelles, il empêche d’être ébloui et assourdi. Il permet de voir sur une très large gamme de longueurs d’ondes et d’entendre sur une plus grande bande de fréquences que la normale. Il dispose également d’un filtre à air pour empêcher toute intoxication. En cas d’extrême urgence, il peut débloquer une réserve d’oxygène permettant de respirer dans les milieux dépourvus d’air pendant plusieurs minutes. Mais le meilleur reste son Intelligence Archimagicielle.

— Quewa ?

— C’est un peu comme s’il avait une âme, sauf que ce n’est pas pareil.

— Ultra utile comme explication.

— De rien. Le casque analyse la situation en temps réel et permet de donner informations et conseils directement par télépathie. Grâce à son affichage tête haute sur la visière, il peut mettre en évidence les éléments importants dans votre champ de vision et garde même en surveillance ce qui est hors de vue. Révélation des ennemis à travers les murs, bio-scan médical, résolutions de problèmes complexes, prévision de la météo à sept jours, analyse balistique, calcul de scénarios tactiques, etc.

— Je ne comprends pas la moitié des trucs que ça fait, mais je suis sûr que c’est trop bien.

— Ça l’est !

— Bon, il est temps d’aller botter des culs, emmener plus de matos relèverait de la gourmandise. J’ai déjà assez l’impression de tricher comme ça.

— Une dernière broutille pour la route. Tenez !

— Qu’est-ce ?

— Amulette de Résurrection.

— J’aime.

— Suivez-moi, nous retournons au Plieur d’Espace à Sens Unique.

— Comment ça marche ton bidule ?

— L’appareil courbe l’espace afin que deux endroits éloignés se touchent en créant une surface de contact. C’est un peu comme plier une feuille de papier pour faire en sorte que les coins se touchent. Il suffit ensuite de traverser cette surface de contact, que l’on appelle vulgairement un portail, pour passer d’un endroit à l’autre.

— C’est un peu comme de la téléportation.

— Oui, sauf que ça n’a rien à voir.

Sonya zieuta Roger en coin avec un Regard Suspicieux aux Sourcils Froncés d’Indécision. Se moquait-il ? Devait-elle le frapper ?

— C’est là.

— Dans la salle à côté ?

— Heu… Oui, c’est ça.

L’Aventurière à la Tignasse Lacérante traversa l’ouverture. L’Administrateur de Caverne avait piqué sa curiosité avec ses histoires de pliage de feuille de papier spatiale. Quel moyen de transport formidable pour se rendre d’un lieu à un autre ! Prise d’un doute, elle observa attentivement la nouvelle salle.

— Mais On est en haut du puits !

— Tout à fait, nous venons de traverser le portail.

— C’est à la fois extraordinaire et étonnamment sobre. Je m’attendais à une expérience plus palpitante.

— C’est assez transparent à l’utilisation.

— Bon, il est l’heure de foncer dans le tas !

— C’est ça. Faites diversion pendant que je rejoins le Poste de Contrôle n°3 afin d’évaluer la situation. J’ai établi une connexion entre mon Gros Bracelet Vaudoumatique d’Administrateur de Caverne et votre Casque Tactique Omniscient de Wolle Aque. Nous resterons en contact.

— Comment ?

— Nous pourrons nous parler à distance.

— Comment ?

— Vous n’aurez qu’à parler dans votre casque et je vous entendrai sur mon bracelet, et vice-versa.

— C’est magique ?

— Non, c’est vaudoumatique. Bon, ne vous occupez pas des détails techniques. Allez plutôt faire ce que vous savez faire !

— Casser des dents ! Ouais !

Ainsi suréquipée avec toute l’indécence imaginable, Sonya, l’Aventurière à la Tignasse Lacérante, regagna la plateforme suspendue à la voûte de la caverne. Depuis ce nid d’observation, elle épiait ses futures victimes qui farfouillaient dans les rayons. Pratique la fonction zoom de ce casque. Elle se sentait comme la Mort qui Venait du Ciel ! Il était temps de frapper.

Sonya sauta.