Le Fer de Lance, un conte Grec

 Et si on les prenait par-derrière ?

 Tu veux dire, à revers ? Hum Instinctivement, je dirais oui.

Herotikles était jeune et fougueux, cela ne l’empêchait pas d’être aussi doué en tactique qu’au maniement de la lance, Gagamammelon devait bien le reconnaître. Une voix plus grave raisonna dans son oreille droite.

 Le garçon a raison, en empruntant ce petit chemin, nous serions parfaitement positionnés.

Myrdada avait toujours la désagréable habitude de se placer derrière son épaule, la droite pour être exact. Toutefois, Gagamammelon avait fini par s’habituer à son souffle humide. Un autre intervenant prit la parole.

 Après de tels orages ? Le petit chemin risque d’être boueux, il faudra être prudents pour ne pas glisser.

“Prudence”, le mot préféré de Condominas. Il avait l’art de modérer les ardeurs. Myrdada revint à la charge.

 L’opportunité de pénétrer leurs défenses est trop belle pour être ignorée. Ce n’est pas un peu de boue qui va nous empêcher d’enfoncer leur arrière-garde.

Des postillons atterrirent sur l’épaule de Gagamammelon, il essuyait souvent les débordements de passion dans les débats enflammés. Et Myrdada était connu pour s’enflammer rapidement.

 Calme tes ardeurs mon ami, Condominas a raison de rappeler qu’emprunter un chemin boueux n’est jamais sans danger. Il nous enjoint simplement à être prudents, et nous le serons. Bien ! Si personne n’a rien à ajouter, nous resterons sur ce plan.

Les officiers affichèrent des mines réjouies et enjouées. La bataille s’annonçait sous les meilleurs auspices.

 Ils peuvent toujours serrer les fesses, on va leur défoncer le cul !

Des mains voilèrent des visages. Franparlon maniait l’art des déclarations peu distinguées. Il ne fallait pas lui en vouloir, il avait eu une éducation quelque peu laxiste. Il n’en restait pas moins un guerrier remarquable, doublé d’un esprit affûté et triplé d’un compagnon affectueux. Sa présence se révélait fort agréable tant qu’on s’accommodait de son verbiage un peu déplacé.

 Ben quoi ? Ce n’est pas ce qu’on est en train de raconter depuis tout à l’heure ?

Condominas soupira…

 Si si, mais il est toujours de bon ton d’utiliser un langage plus policé. Inutile d’alimenter les clichés

 Peau lissée ? C’est comme quand on s’épile ?

Condominas inspira pour développer une explication, puis se ravisa.

 Laisse tomber.

À Gagamammelon de conclure.

 Prenez du repos. Nous attaquerons un peu avant l’aube.

La nuit tomba et les hommes se répartirent en petites poignées autour de feux. La soirée n’apportait qu’un maigre répit face à la fournaise du jour. Avec les flammes, beaucoup se mirent à transpirer. Partout où se posaient les yeux de Gagamammelon, il y avait des corps luisant de sueur illuminant l’obscurité de leurs reflets. Il décida de faire le tour des groupes, écoutant d’une oreille distraite les conversations, rappelant sa présence inspirante aux hommes.

 Je vois que tu as rasé tes poils.

 Effectivement, je trouve très désagréable de me coincer des poils dans le feu de l’action. Je préfère éviter toute distraction pouvant perturber ma concentration.

 Et cette flasque, que contient-elle ?

 De l’huile, c’est pour adoucir les frottements. Ma peau s’irrite facilement et le cuir n’est pas la plus tendre des matières. D’ailleurs, serais-tu assez aimable pour m’aider à m’enduire ?

 Bien sûr, avec plaisir ! Surtout pour le dos j’imagine

Cette idée ne paraissait pas bête du tout. Gagamammelon avait lui aussi remarqué ce problème d’irritation avec les pièces en cuir de son uniforme. Peut-être qu’avec un peu d’huile, il se sentirait plus à l’aise. Il continua son chemin.

 C’est important de prendre soin de sa lance, c’est l’attribut du guerrier ! Par exemple, moi je polis ma lance tous les jours avec application. Regarde comme elle brille !

 Je ne comprends pas tous ces efforts, au premier corps pénétré, elle sera toute sale.

 Ce n’est pas qu’une question de saleté. Si tu laisses ta lance dans un mauvais état, elle va s’abîmer !

 Tu as peut-être raison, peux-tu me montrer comment tu polis ta lance ?

 Il faut un certain coup de main, mais ce n’est pas très compliqué. Observe attentivement.

Gagamammelon avait failli intervenir, mais voyant la raison l’emporter, il poursuivit sa tournée.

 La mienne est plus grande te dis-je !

 Tu fabules, elles sont de la même taille.

 Pas du tout, je l’ai remarqué la dernière fois, je n’ai aucun doute à ce sujet. D’ailleurs, il y a un moyen simple de vérifier : mettons-les côte-à-côte.

 Je n’y crois pas !

 Je te l’avais dit.

 Bah ! De toute façon, ce n’est pas la taille qui compte, c’est la manière dont on s’en sert.

 Peut-être, mais à compétence équivalente, celui qui a la plus longue a l’avantage.

 Pas systématiquement ! Une trop longue peut se révéler plus gênante qu’avantageuse.

 Hum C’est pas faux.

À la vue des discussions, Gagamammelon sentait que le moral de ses hommes était solide. Il allait pouvoir se reposer un peu avec sérénité. En chemin, il tomba sur Franparlon et Condominas. Condominas avait toujours l’espoir d’éduquer Franparlon. Il faisait preuve d’une persévérance et d’un courage tout à son honneur. Toutefois, cette entreprise paraissait vaine…

 Alors on peut dire rondelle, oignon, arrière-train, fondement, popotin, derrière, postérieur, mais on ne peut pas dire cul. Je ne comprends pas, un cul c’est un cul ! Un cul n’est pas un oignon, même si des fois ça sent un peu pareil. Pourquoi avoir nommé quelque chose avec un mot pour ne pas utiliser ce mot ? C’est vraiment bête !

La lassitude de Condominas se lisait sur son visage.

 C’est vrai, j’aurais dû commencer par la notion de niveau de langue

 Le niveau de langue ? Ça ne change rien ! Si tu mets la langue au niveau du cul, ça reste un cul.

 Raaaah, je laisse tomber !

Ce pourrait être un travail pour Hercules. Ou peut-être faudrait-il même un dieu complet. En attendant, Gagamammelon allait profiter d’un repos autant réparateur que préparateur. Il s’endormit paisiblement, bercé par la fierté de diriger l’élite de l’armée Grecque. Demain, ils seraient le fer de lance transperçant leur ennemi en plein cu… Cœur ! En plein cœur !

Gagamammelon se retourna, l’esprit perturbé. Bon sang ! Il ne fallait pas que Franparlon déteignît sur lui. Les discours et les discussions deviendraient vraiment gênants avec un autre champ lexical…