Bob Moral versus Ricktou Tordu

L’aventurier au cœur pur, Bob Moral, faisait face à son ultime épreuve. S’il voulait sauver le monde de la malédiction éternelle, il devait affronter les énigmes du sage Ricktou Tordu. Seul un homme au cœur pur pouvait répondre aux énigmes du sage, et il n’était plus homme au cœur pur que Bob Moral, l’aventurier au cœur pur.

Ainsi, Bob avança dans l’antichambre du sanctuaire de la babiole magique qui sauverait magiquement le monde. Ricktou l’attendait, debout, immobile, impassible, tel une statue. La légende racontait qu’il ne bougeait jamais. Comment faisait-il pour satisfaire les besoins de son corps mortel ? Manger, boire, dormir ? Était-il seulement mortel ? Un frisson parcourut l’échine de Bob. Ce n’était pas le moment de défaillir. L’aventurier au cœur pur s’approcha du sage.

Ricktou était moche, honnêtement moche. Et il avait un très mauvais goût vestimentaire. Néanmoins, l’apparence importait peu. Il se mit à parler avec sa voix rouillée :

 Ainsi, tu souhaites sauver le monde. En es-tu digne ? Nous verrons.

L’œil de Ricktou scruta Bob de la tête aux pieds avant de reprendre.

 Je vais te poser des énigmes faisant appel à ton sens de la moralité. Trouve la bonne solution et tu pourras passer et sauver le monde. Tu as le droit à trois essais.

 Trois essais ?

 Aller, je t’en donne quatre parce que je suis de bonne humeur et que j’en ai marre de la sainte trinité.

Quatre essais pour faire la preuve de son sens moral ? Cela devrait suffire à Bob Moral, l’aventurier au cœur pur. Le sage posa la première énigme.

 Tu te promènes le long d’une voie ferrée. Quelques centaines de mètres plus loin, la voie se divise en deux tronçons. Sur le tronçon de gauche, tu aperçois cinq promeneurs qui marchent dans les rails. Sur le tronçon de droite, un seul promeneur. Tu atteins un levier qui permet de contrôler l’aiguillage. Pour le moment, il est réglé pour diriger les trains vers la gauche. À ce moment, un train arrive. Les promeneurs sont trop loin pour être prévenus. La seule action possible est d’actionner ou non l’aiguillage. En ne faisant rien, le train empruntera le tronçon de gauche et tuera cinq personnes. En actionnant l’aiguillage, le train ira à droite et tuera une personne. Que fais-tu ?

Une question difficile ! Bob avait-il le cœur suffisamment pur pour trouver la bonne solution ? Mais il n’y avait pas de bonne solution ! Dans un cas comme dans l’autre, des personnes allaient mourir. Il fallait donc se résoudre à la simple loi des nombres, l’action qui tuerait le moins de monde.

 J’actionne l’aiguillage.

Ricktou Tordu laissa apparaître un rictus malicieux.

 Tu es prêt à sacrifier une personne qui n’était pas en danger pour en sauver cinq qui se sont mises en danger ? Je suis déçu par ta réponse.

L’assurance de Bob Moral fut rudoyée. Il avait répondu trop vite et n’avait pas pris le temps de réfléchir à toutes les implications. Pourtant, il faisait confiance à son cœur pur. Se pouvait-il que… Non, il ne devait pas y penser. Il avait un monde à sauver. Deuxième énigme.

 Ton pire ennemi t’a tendu un piège diabolique. Il t’a attaché sur une chaise et bâillonné. Il t’explique qu’il a placé des explosifs dans un village et que tout va sauter dans une minute, sauf si tu appuies sur un bouton qu’il y a à portée de ta main. Cependant, appuyer sur le bouton provoquera également la mort de ta fille

 Mais je n’ai pas de fille

 Dans l’énigme, tu en as une ! Si tu n’appuies pas sur le bouton, toi et ta fille serez libérés, mais le village sera détruit. Si tu appuies, tu sauveras le village au prix de la vie de ta fille. Que fais-tu ?

Encore un choix impossible ! Il devait y avoir une troisième solution. Aucune issue n’était acceptable.

 Je tente de me libérer.

 Tu n’y arrives pas.

 Je mâchouille mon bâillon.

 Il a mauvais goût.

 Je lance un regard mauvais à mon ennemi.

 Il s’esclaffe.

Bob pourrait-il sacrifier sa propre fille pour sauver un village ? Ce serait probablement la chose à faire. En plus, dans ce cas-ci les villageois n’étaient pas responsables du danger qui les menaçait. Cependant, il semblait impensable de sacrifier sa propre fille qui était tout autant innocente. La loi des nombres ? La dernière fois, cela ne lui avait pas réussi. En quoi serait-ce plus juste maintenant ?

 Je n’appuie pas sur le bouton.

Ricktou Tordu se tordit de rire.

 Pour sauver ta fille, tu serais prêt à sacrifier des familles entières ? Une fois de plus, je suis déçu.

Un nouvel échec. Bob Moral n’avait soudainement plus le moral. Heureusement, il lui restait encore deux essais. Il avait toujours eu le cœur pur, pourquoi sa justesse lui faisait-elle défaut maintenant, alors que le sort du monde reposait entre ses mains ? Troisième énigme.

 C’est la guerre. Tu as été fait prisonnier avec ta fille et déporté dans un camp de concentration.

 Encore ma fille ? La pauvre

 Bon d’accord, cette fois, ce sera ton fils. Au camp, un garde sadique veut pendre ton fils. Il le met sur une chaise et lui passe la corde au cou, puis il t’ordonne de pousser la chaise. Si tu ne le fais pas, il tuera lui-même ton enfant ainsi qu’un autre détenu choisi au hasard. Ses intentions ne font aucun doute, sa réputation est établie. Que fais-tu ?

Les dilemmes impossibles commençaient à devenir irritants. Il n’y avait pas de bonne solution, et pourtant, il fallait faire un choix. Agir ou ne pas agir et en prendre la responsabilité. Soupir. Si son cœur était réellement pur et qu’il devait le suivre, quelle serait sa première réaction ?

 J’attaque le garde.

Ricktou fronça les sourcils. Il ne s’attendait probablement pas à cette réponse.

 Un choix intéressant, presque noble, mais inconsidéré et ultimement égoïste. Tu seras tué sans sauver ton fils, ni personne. Au contraire, ta rébellion entraînera très certainement des représailles sur les autres prisonniers. Décevant, une fois de plus. Heureusement que je suis d’humeur généreuse et que je t’ai accordé quatre chances plutôt que trois.

Lourde remise en question pour Bob Moral. La pureté de son cœur lui faisait défaut et s’il échouait, le monde paierait pour son échec. Pourquoi ? Pourquoi devait-il défaillir maintenant ? S’il ne pouvait plus suivre son cœur, qu’allait-il faire ? Quel était son problème ?

Pendant ce temps, Ricktou Tordu affichait une grimace moqueuse. Bob commençait à penser que cet individu était aussi moche de physique que d’esprit. Mais… Une minute ! Peut-être n’était-ce pas lui qui avait un problème ? Peut-être que son cœur était toujours juste. Peut-être ne l’avait-il simplement pas bien écouté !

 Quatrième énigme.

Sa première réaction à chaque énigme fut de constater qu’il n’y avait aucune bonne solution. Ricktou l’avait mis devant des dilemmes moraux qui par nature ne pouvait être résolus en conservant toutes les valeurs morales. Quelque fût la solution, elle imposait de violer certaines valeurs éthiques. En fait, il n’y avait pas de réponse morale aux énigmes du sage. Peut-être était-ce La Solution ?

 Youhou ? Il y a quelqu’un dans ce crâne ?

Le doigt noueux de Ricktou tapota la tête de Bob. Ce fut extrêmement désagréable. Vicieux vieillard. Le cœur pur de Bob Moral avait percé à jour son stratagème. Et s’il se trompait ? Il s’agissait là de sa dernière chance. Le sort du monde en dépendait.

 Je disais donc, quatrième énigme.

Plus de retour en arrière ! Bob se lança dans son ultime combat.

 Non, c’est à mon tour de te poser des questions vieillard ! Dans ta grande sagesse, je suis sûr que tu n’auras aucun mal à y répondre.

 Mais ce n’est pas du tout le protocole !

 Tu préfères avoir une jambe en bois ou un bras en mousse ?

 Quoi ?

 Tu préfères être aveugle ou sourd et muet ?

 Mais c’est

 Tu préfères mon poing dans ton nez ou mon pied dans tes gonades ?

 Je

 Si tu ne choisis pas tu recevras les deux.

 Comment oses-tu ?

 Je ne fais que te mimer. Les énigmes que tu m’as posées n’ont aucune solution morale. Ce sont des situations avec uniquement des issues inacceptables. En fait, il n’y a même pas lieu de juger sur la moralité, on ne peut que faire au mieux en fonction du moment et des valeurs les plus fortes en nous. Parfois, ces situations sont dues au hasard, parfois, elles sont sciemment provoquées. Dans le deuxième cas, s’il devait y avoir un jugement moral, il s’appliquerait aux instigateurs de ces dilemmes. Ce sont eux qui sont immoraux.

Ricktou Tordu ressemblait à une cocotte minute. Son visage contrit dissimulait difficilement des spasmes. Il bouillonnait. Bob Moral n’avait plus peur. Il était trop tard pour cela. Maintenant, il ne pouvait que faire au mieux. Ricktou finit par exploser, mais ce fut un rire qui jaillît.

 Tu as trouvé la bonne réponse ! Tu es vraiment un homme au cœur pur ! Tu peux maintenant accéder au sanctuaire de la babiole magique et magiquement sauver le monde de la malédiction éternelle.

Bob Moral eut un soupir de relâchement. Il avait réussi. Il avait passé l’épreuve des énigmes du sage Ricktou Tordu. Cependant, quelque chose le chiffonnait.

 Dis-moi vieux sage, si je n’avais pas réussi à répondre à tes énigmes, m’aurais-tu empêché de passer et de sauver le monde ?

 Bien sûr ! Tu n’en aurais pas été digne.

 Et pourquoi n’as-tu pas toi-même utilisé la babiole magique pour sauver le monde ? Après tout, elle était à ta disposition.

 Ce n’est pas mon rôle.

 Pour résumer, parce que j’aurais mal répondu à tes énigmes, tu étais prêt à condamner le monde à la malédiction éternelle. Monde que tu n’as d’ailleurs pas pris la peine de sauver toi-même alors que tu en avais la possibilité. Donc en fait, tu es profondément immoral. J’irais même jusqu’à dire que tu es une grosse raclure de bidet infecte.

Ricktou Tordu s’offusqua de cette accusation. Pourtant, il ne pouvait y avoir plus juste vérité. Lui qui pensait donner des leçons de morale s’en croyait exempt.

 Prends garde à tes paroles, je pourrais revenir sur ma décision.

 Vraiment ? Et concrètement, comment comptes-tu m’empêcher d’accéder au sanctuaire ? C’est juste derrière toi et il n’y a même pas de porte. J’ai défait à moi seul les six Chevaliers de l’Apocalypse, j’ai renvoyé en Enfer le Cyber-Dragon-Démon et j’ai affronté les Sorcières du Mont Roc-Fort. Je pense pouvoir te casser la tronche et rouler sur ton corps.

 Hum Tes arguments méritent considérations.

 Parfait ! Du coup, réponds à la question : mon poing dans ton nez ou mon pied dans tes gonades.

 Heu Joker ?

 Les deux !

Ce fut ainsi que Bob Moral, l’aventurier au cœur pur et aux poings durs, sauva le monde de la malédiction éternelle. Il s’assura au passage de ne pas avoir besoin de revenir. À la prochaine malédiction, le Sage Ricktou Tordu se ferait une joie d’utiliser la babiole magique. Cela lui prendrait cinq minutes et éviterait à Bob bien des soucis. Il pourrait ainsi profiter de ce temps pour se concentrer sur son hobby : les origamis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *