Dura lex, sed lex !

Dans l’Ouest Sauvage, durant la Ruée vers l’Or, un chariot cahotait paisiblement sur la route menant à la petite ville au nom très inspiré de New Town. À son bord, Jack et Joe ne montraient pas réellement d’empressement pour arriver à destination. Cela aurait pu paraître étrange, voire suspect, dans ce climat où tout le monde se précipitait pour accumuler le plus de richesses possible. Toutefois, ils n’étaient venus ni pour miner, ni pour orpailler. Non pas qu’ils n’aimaient pas l’or, bien au contraire, mais cette profession vous exposait à de nombreux risques désagréables. Comme par exemple, devenir la cible des bandits qui trouvaient moins éreintant de récolter le fruit du labeur d’autrui en vous collant une balle entre les omoplates avant de vous détrousser. Pas forcément dans cet ordre d’ailleurs.

Non, Jack et Joe avaient opté pour une carrière un peu moins dangereuse et un peu plus neutre, ils étaient minéralogistes. Évidemment, ils évaluaient la qualité de l’or, mais également son authenticité. À cette époque un peu folle, une nouvelle sorte de bandit avait fait son apparition : les Philosophes. Ces gredins trouvaient plus facile de transmuter des stocks de métaux moins nobles en or que de se fatiguer à le récolter. Dans un sens, ils avaient raison. Sauf que personne n’avait jamais réussi une transmutation parfaite et, même si pour un œil non averti la différence était indécelable, les propriétés de l’or transmuté variaient par rapport à l’original. Il fallait donc l’expertise de minéralogistes confirmés pour déceler les fraudes.

Pour résumer, ils avaient un travail raisonnablement bien payé et relativement peu exposé à la violence, ce qui ne les empêchait pas d’en être témoins, bien évidemment. Mais mieux valait en être témoin que victime. Ainsi donc avançaient-ils vers leur destination avec un esprit aussi tranquille que le rythme de leur chariot.

— Hey Jack, je connais une blague marrante !

— J’imagine que c’est mieux qu’une blague pas marrante…

— Qu’est-ce qu’un silicate ?

Jack jeta un coup d’œil suspicieux à Joe. Même s’il sentait le piège, il se hasarda à répondre.

— C’est un sel combinant la silice à d’autres oxydes métalliques ?

— Faux ! C’est un chat stupide ! Ha ha !

— Quoi ?

— En tout cas, ça prouve que t’es bien un minéralogiste.

— Comment ça ?

— Ben quand je t’ai dit silicate, tu as pensé au sel plutôt que de penser silly cat : chat stupide en franglois.

— Je ne maîtrise pas trop le franglois…

— Moi ça m’a fait rire en tout cas !

— Tant mieux pour toi, t’essayeras de la sortir au saloon pour te faire des amis.

Même s’ils étaient collègues, les deux compères n’avaient jamais réussi à bien communiquer, ce qui produisait souvent des dialogues de sourds. L’un s’en rendait plus compte que l’autre, sans pour autant réussir à y remédier. Jack hésitait sur la suite à donner à la conversation quand il découvrit une scène défiant son esprit cartésien.

— Hey Joe ! Regarde-moi ça !

— Qu’est-ce que…

— Comme tu dis.

— Mais j’ai encore rien dit.

— C’est bien ce que je dis.

— Comment tu peux dire la même chose que moi si je n’ai rien dit ?

— Bah, en ne disant rien non plus !

— Pour un gars qui ne dit rien, je t’entends beaucoup.

— Si j’avais pas besoin de tout t’expliquer, tu m’entendrais moins.

— Dis tout de suite que je suis un imbécile.

— En tout cas, tu n’as pas inventé la poudre à canon, ça c’est sûr !

— Répète-moi ça !

— Je croyais que tu ne voulais plus m’entendre.

— Je vais te réduire au silence, moi ! Tu vas voir !

— En attendant, je propose de déguerpir au plus vite et d’aller prévenir le shérif Newton.

— Tu veux dire le Shérif de New Town.

— Non, le Shérif Newton.

— De New Town.

— Mais tu comprends rien !

— C’est toi qui dis n’importe quoi !

À quelques kilomètres de ces échanges verbaux affligeants, dans la petite ville de New Town, le Shérif Newton affrontait deux bandits plutôt tenaces. John Veine et Teren Kill avaient déjà éliminé ses deux fidèles adjoints faisant de lui le dernier rempart de la loi et de l’ordre face au chaos et à l’anarchie.

John Veine arma sa Winchester et tira en direction du Shérif avec un « Bang ! » retentissant. Heureusement, le tonneau qui faisait office de planque de fortune arrêta la balle.

— À mon tour maintenant !

Le Shérif riposta en faisant tonner le canon de son arme. Le « Bang ! » meurtrier aurait pu achever sa cible déjà blessée si celle-ci n’avait pas audacieusement plongé à terre. Dans un rictus victorieux John Veine railla.

— Raté !

Newton n’avait pas dit son dernier mot.

— Tu oublies que j’ai un Volcanic, ça envoie beaucoup de plomb ces engins- !

Bang ! Bang ! Incapable de réagir après cette ultime esquive, John Veine succomba sous les coups de feu du Shérif qui ne cachait pas son contentement. Plus qu’un hors-la-loi et sa ville serait débarrassée de la vermine. Toutefois, il tempéra ses ardeurs et se retint de poursuivre l’offensive. Il était lui-même blessé et une attaque téméraire aurait pu signer son arrêt de mort. Teren Kill prit cela pour un aveu de faiblesse.

— Alors, Shérif, on est à bout de souffle ? Et si on finissait ça avec un bon vieux duel ?

Un duel ? Newton ne pouvait pas refuser, la loi l’imposait. Aussi quitta-t-il sa confortable planque pour se présenter au milieu de la rue. Même si ses chances de victoires s’annonçaient minces, il n’avait pas peur. Après tout, il était un duelliste confirmé comme tout bon Shérif qui se respectait.

— Tu es sûr de vouloir faire ça, Teren Kill ?

— Certain ! Je suis sûr que tu es à cours de munitions après tout ce que tu as craché, sinon tu aurais poursuivi ton offensive !

— Finement analysé…

Mais faux. Il lui restait une balle, une dernière et ultime balle. La vraie question était : restait-il aussi une balle à Teren Kill ? Quoiqu’il en fût, les jeux étaient faits, il ne restait qu’à découvrir le dénouement.

— Dégaine, Shérif !

Le hors-la-loi affichait un sourire triomphant, tellement convaincu de sa victoire imminente. Petit impertinent ! Bang ! La ville retint son souffle. Le rictus de Teren Kill se mua progressivement en grimace d’horreur tandis qu’il réalisait l’atrocité de la situation. Newton resta concentré, craignant une ultime fourberie.

Le bandit posa un genou à terre. Trouverait-il un dernier souffle de vigueur pour reste en vie, ou la bataille sanglante cesserait-elle ici ? Le suspense retenait tout le monde en haleine. Ce fut ce moment que choisit Kelvin pour entrer en trombe dans le saloon.

— Shérif Newton, une affaire importante requiert votre attention immédiate !

Tous les visages pivotèrent vers l’intrus qui se sentit subitement tout petit.

— Bordel, Kelvin ! Tu viens de briser toute l’intensité dramatique du moment !

— Ah, désolé… Où en est la partie ?

— On a presque fini. Si Willy tire autre chose qu’un pique, Teren Kill meurt et on gagne.

Tous les yeux de la salle suivirent dans un silence religieux la main qui se dirigea lentement vers la pioche. Chacun retenait son souffle. Une carte fut tirée puis ramenée lentement face cachée. Willy n’osa pas la retourner immédiatement, il redoutait le dénouement. Il avait à peu près trois chances sur quatre de perdre. Il voulait faire persister encore un moment l’illusion qu’il pouvait s’en sortir. Il inspira une fois, puis une deuxième fois. Après la troisième inspiration, il poussa un petit cri en retournant la carte d’un geste brusque.

— Et merde !

Newton se réjouit aussitôt.

— Ha ha ! Une nouvelle victoire pour la loi et l’ordre ! Je ne vous le répéterai jamais assez : le crime ne paie pas.

— C’est de la chance, c’est tout ! On refait une partie ?

— Plus tard peut-être. D’après Kelvin, une affaire requiert mon attention immédiate. Ne vous en faites pas, je reviendrai vous mettre une raclée. En attendant, je vous offre une bière pour vous consoler.

— Eh, c’est gentil ça ! Vous êtes vraiment le meilleur Shérif de tout l’Ouest !

Ainsi acclamé, Newton quitta le saloon à la suite de Kelvin pour aller voir ce qui méritait d’interrompre une partie de Bang ! Arrivé au petit bureau spartiate du Shérif, son office donc, il découvrit deux individus nerveux. Son intuition naturelle lui souffla qu’ils ne devaient pas être de grands brigands. Du moins, s’ils s’adonnaient à des activités condamnables, elles devaient plutôt être du domaine de la fraude que du braquage. Il se retourna vers son adjoint.

— Alors ? Qu’ont-ils fait ces deux-là ?

Kelvin n’eut pas le temps d’expliquer la situation, Jack s’offusqua immédiatement.

— On a rien fait !

— Parle pour toi, Jack !

— Pourquoi ? T’as fait quelque chose, Joe ?

— Non, mais c’est pas à toi de le dire !

— Quoi ? Mais si on a rien fait, on a rien fait.

— Et si j’avais fait quelque chose que tu ne savais pas ? Hein ? Tu y as pensé à ça avant de m’inclure dans tes déclarations et de potentiellement mentir à un représentant des forces de l’ordre ?

— On a passé les derniers jours côte-à-côte, si tu avais fait quelque chose, je l’aurais vu.

— J’aurais très bien pu faire quelque chose avant ça. Par exemple, le mois dernier, j’ai embrassé Maggie, tu ne le savais pas, hein ?

— Maggie ? Mais elle est mariée, non ? Et tu l’as embrassée ?

— En fait, c’est plutôt elle qui m’a embrassé, mais en tout cas tu ne le savais pas !

— Mais on s’en fout, ça n’a aucun rapport avec ce qui nous amène ici.

Le Shérif Newton sauta sur l’occasion pour interrompre ce simulacre de vieux couple.

— Et si vous me disiez pourquoi vous êtes avant que je ne vous bâillonne pour épargner mes oreilles de vos discutailleries insipides ?

Joe réagit immédiatement.

— Ah non ! Ce serait une violation directe de l’article 9 de la loi fédérale en vigueur dont vous êtes le représentant et le garant.

— Depuis quand tu connais par cœur les articles de loi, Joe ?

— Tu ne les connais pas, toi ? Pourtant, nul n’est censé ignorer la loi.

— Non, mais il y a quand même une marge de manœuvre entre ignorer la loi et connaître mot pour mot chaque article.

Les voilà repartis dans un chamaillis insupportable. Sentant qu’il serait difficile d’obtenir quoique ce fût de la part de ces deux-là, Newton prit Kelvin en aparté.

— C’est qui ces gugusses ?

— Ce sont les nouveaux minéralogistes de la ville, Jack Goldhand et Joe Diamond.

— Tu veux dire qu’ils vont habiter ici, à New Town, de manière permanente ?

— Hélas, je le crains.

— Je dirais plutôt que ça craint ! Vue leur capacité à agacer, je ne sais pas s’ils vont se faire beaucoup d’amis. Enfin bref, c’est leur problème, en espérant que ça ne devienne pas le notre. Et donc, pourquoi ils sont là ?

— Ils disent avoir découvert une Anomalie sur la route.

— Quoi ? Où ça ?

— À cinq Miles à l’Est.

Newton posa un regard profondément désapprobateur sur son adjoint.

— Kelvin, tu me déçois beaucoup.

— Quoi ? Pourquoi ?

— Tu pourrais utiliser les unités du Système International quand même !

— Ouais, je sais, mais j’ai toujours du mal à convertir les Miles en Kilomètres.

— Bon, allons voir ça.

Avant de partir, il interrompit les deux minéralogistes toujours en train de se chamailler dans une énième conversation de sourds. Leur capacité de mésentente était proprement surréaliste.

— Vous deux, vous pouvez prendre congé, mais ne quittez pas la ville.

— On n’a pas l’intention de quitter la ville, on vient d’arriver.

— Parle pour toi, Jack !

— Quoi ? Tu as l’intention de quitter la ville ?

— Nan, mais…

Newton leva la main.

— Stop ! Vous pourrez recommencer à parler seulement lorsque je ne pourrai plus vous entendre.

— Mais…

— Ah ! Qu’est-ce que je viens de dire ?

— Nous…

— Chut ! Mes oreilles sont fragiles et ont besoin de silence.

— Et si on…

— Silence, ça rime avec « la ferme ! »

Ainsi se replia-t-il à reculons en tentant de contenir le flux intarissable de répliques jusqu’à ce qu’il eût refermé la porte du bureau. Une fois la porte fermée, et malgré l’épaisseur du bois, il entendit les moulins à parole se remettre à tourner à plein régime. Newton jeta un œil à Kelvin qui affichait un stoïcisme admirable. Peut-être devait-il prendre exemple sur son subordonné et faire preuve d’une discipline mentale plus rigoureuse. En attendant, il y avait une Anomalie qui attendait d’être inspectée.

Cela faisait plus de deux ans qu’il n’y en avait pas eue près de New Town. Le Shérif Newton s’était félicité de leur éradication suite à une campagne pugnace. Inutile de dire que ce retour lui déplaisait profondément et l’inquiétait en même temps. Qui ou quoi osait venir troubler la paix de sa petite ville ? Il avait bien l’intention de le découvrir et de rétablir la loi et l’ordre.

Les deux hommes chevauchèrent rapidement jusqu’au lieu de l’Anomalie. Elle ne fut pas dure à trouver, se situant à proximité directe de la route. Le visage grave, Newton descendit de cheval pour aller l’examiner de plus près. Kelvin le suivit avec réticence, ne cachant pas son dégoût pour ces phénomènes.

Face à eux se trouvait un petit tas de cailloux en flagrante violation des lois de la physique les plus élémentaires. En l’occurrence, ils se permettaient de flotter au dessus du sol en ignorant ostensiblement la gravité. Quel spectacle intolérable ! Dire que certains fous étaient fascinés par ces Anomalies, n’y voyant pas le mal. Ils ne se rendaient pas compte de l’aberration monstrueuse qu’elles représentaient. Il ne s’agissait ni plus ni moins que d’artefacts chaotiques défiant les lois naturelles. Elles devaient être éradiquées sur le champ !

— Qu’en pensez-vous, Shérif ?

Kelvin dansait d’un pied sur l’autre, visible impatient d’en finir. Mais il fallait d’abord relever les indices qui leur indiqueraient le coupable. Malheureusement, ce type d’Anomalie pointait dans une direction que Newton n’appréciait guère.

— Je ne connais qu’une seule arme capable de commettre une telle violation, et je la croyais hors circuit.

— Vous voulez parler du « Gravity Killer » ?

— Je n’en connais pas d’autre.

— Mais… N’est-ce pas l’arme de…

— Si.

— Je croyais qu’elle avait raccroché et qu’elle était de notre côté maintenant. Vous lui aviez confisqué son flingue !

— Oui, et je l’ai envoyé à l’armurerie de Fort Quantique comme plein d’autres. Pourtant les faits sont là. Donc, soit le Gravity Killer est à nouveau en circulation, soit on a affaire à un nouveau flingue illégal. Je ne sais pas laquelle des deux options est la plus inquiétante.

Encore pire, il se pouvait qu’Elle fût repassée dans le camp des hors-la-loi. Rien que d’y penser lui faisait mal. Pourquoi avait-il fallu que les sentiments s’invitent dans cette histoire ? Tout aurait été bien plus simple s’il s’était contenté d’appliquer la Loi de manière impartiale.

— Que fait-on maintenant, Shérif ?

Pour toute réponse, Newton dégaina le « Jugement de la Physique » et, d’un seul coup de son Colt bien nommé, il abattit l’Anomalie. Les cailloux retombèrent au sol, à nouveau soumis à la loi de la gravité. Puis il rengaina son arme et se retourna sans un mot et sans un regard en arrière. Il ne daigna parler qu’un fois remonté sur son cheval et prêt à partir.

— Kelvin, tu vas contacter Fort Quantique pour savoir s’ils n’ont pas perdu de flingue. Moi, je vais aller rendre visite à une vieille connaissance.

Newton appréhendait ces retrouvailles. Cette femme l’avait déjà désarmé aussi bien physiquement que mentalement et il détestait se sentir vulnérable. Ironiquement, et de manière complètement contradictoire, c’était cette sensation de vulnérabilité qui avait fait naître ce sentiment d’attirance. Jamais personne d’autre que cette femme n’avait réussi à l’atteindre. Et cette femme s’appelait Gravity Jane.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *