Kim Bonheur découvre le pot aux roses

Kim Bonheur Psychothérapeute. Tous les matins, quand elle se levait, elle s’arrêtait devant le miroir pour demander : « Miroir, miroir, pourquoi fais-je ce métier ? ». Et le miroir lui répondait par un long silence plein de compassion. Ce n’était qu’un miroir, le jour où il lui répondrait vraiment, elle saurait que la folie l’avait atteinte elle aussi. En attendant, elle s’accrochait au sentiment de faire quelque chose de bien, d’aider les gens. Elle puisait dans cette sensation de bienfaisance pour trouver la force de pousser la porte du cabinet et d’accueillir son premier patient.

Les patients étaient comme des chocolats, on ne savait jamais sur quoi on allait tomber. Par exemple, le premier patient de la journée ressemblait très étrangement à une tortue dragon géante bodybuildée portant une carapace à pics.

 Bonjour Monsieur Bouseur, je vous aurais bien invité à vous installer, mais je crains que les lois de la physique entraîneraient la destruction de mon mobilier.

 Je comprends votre inquiétude. Cela ne me pose aucun problème de rester debout. Je m’en voudrais d’abîmer votre cabinet.

 (Malgré les apparences effrayantes, celui-ci est étonnamment poli.) Je me trompe peut-être mais est-ce que je ne vous aurais pas déjà vu à la télé ?

 *Soupir* Effectivement, j’ai une certaine notoriété. J’essaierais bien de vous convaincre qu’elle n’est pas méritée, mais, par expérience, cela ne sert à rien. Allez-vous quand même m’aider ?

 (Ça me revient maintenant. Il s’agit d’un serial-kidnappeur de princesses, du moins, de la Princesse Pêche surtout. Je me suis toujours demandé ce qu’on ressentait lors d’un kidnapping, mais en fait je n’ai pas vraiment envie de savoir. De toute façon, je ne suis pas une princesse.) Bien entendu, je suis là pour aider tout le monde et je suis tenue au secret. Tout ce qui sera dit ici restera entre nous. Maintenant, dites-moi, qu’est-ce qui vous trouble ?

 Je ne sais pas trop par où commencer. C’est la première fois que je viens chez une psychothérapeute.

 (C’est presque mignon cette incertitude, cette timidité.) Commencez par des choses simples, le reste viendra tout seul.

 Hé bien, voyez-vous, mon enfance a plutôt été difficile et je pense que mon physique y est pour quelque chose

 (Bonjour Capitaine Évidence) Continuez.

 En fait mon père était une tortue gaillarde et ma mère un dragon au cœur d’or. Leur amour m’a donné naissance, mais, aux yeux du monde, je suis un monstre. Ni dragon, ni tortue. J’ai toujours été quatre fois plus gros que mes camarades de classe et je devais prendre d’infinies précautions pour ne pas les blesser. Si je ne faisais pas attention, j’envoyais une boule de feu en éternuant.

 (Ne pas rire, ne pas rire. Penser à autre chose) Comment vous traitaient les autres ?

 Ils me tourmentaient. Ils cherchaient à me pousser à bout pour que je réagisse mal et que je prouve que j’étais un monstre. En plus, je suis roux.

 (Roux ? Ah oui, je n’avais jamais remarqué.) Ils vous ont fait des blagues sur les roux ?

 Oui. Ils disaient que je sentais mauvais, que j’étais moche, que j’étais une carotte. Surtout, ils disaient que je n’avais pas d’âme. Les enfants peuvent être tellement cruels, je ne sais pas s’ils se rendaient compte de la souffrance qu’ils m’infligeaient. Je suis un être sentient, j’ai des sentiments !

 (C’est dingue, en fait je ressens de la compassion pour lui.) Vous savez, vous n’êtes pas le seul à subir ce traitement. De nombreux enfants passent une scolarité épouvantable, car ils sont exclus par les autres. Il s’agit d’un problème plus général dont vous avez été victime.

 Je sais. Mais aujourd’hui encore, ça me blesse.

 (Les blessures d’enfance, c’est toujours galère à guérir) Cela appartient au passé maintenant. Il faut trouver un moyen d’exorciser ces blessures.

 En fait, j’avais réussi à m’en défaire. Mais le présent les a rouvertes.

 (En même temps, aujourd’hui, il kidnappe des princesses. Il ne peut pas s’attendre à ce qu’on l’accueille à bras ouverts) Racontez-moi.

 La discrimination m’a fait quitter l’école assez rapidement. Où pouvais-je aller ? Que pouvais-je faire ? À cette époque, j’avais fini par me convaincre moi-même que j’étais un monstre et je ne voyais qu’une chose à faire. Je n’étais à ma place qu’à un seul endroit.

 (À la morgue après un suicide ? Merde, j’ai vraiment des pensées horribles parfois.) Où donc ?

 Sur un ring de catch pardi ! Évidemment, je jouais toujours le ‘Heel’, le méchant, mais j’avais enfin trouvé un endroit pour m’accueillir. C’est là que je me suis fait mes premiers amis. Des gens merveilleux qui ne me jugeaient pas sur mon apparence. C’est également durant ces années-là que je me suis bodybuildé et que j’ai appris mes techniques de combat.

 (Cela expliquait la carrure.) Que s’est-il donc passé ensuite ?

 Ma carrière fonctionnait plutôt bien, j’étais content et je me sentais apaisé. Puis, un jour après un show, je me trouvais dans ma loge quand quelqu’un est rentré. Est-ce que vous croyez au coup de foudre ?

 (Entendre une tortue dragon géante parler d’amour, j’aime mon travail.) Je n’ai pas vraiment d’opinion sur le sujet. En tout cas, cela ne m’est jamais arrivé.

 Je n’avais jamais imaginé que ça pourrait m’arriver non plus. Et pourtant cela m’est tombé dessus. Au premier coup d’œil, je suis resté béat. Elle était un peu timide, c’était la première fois qu’elle approchait une superstar de catch. Si elle avait su à quel point j’étais moi-même intimidé. Le courant est tout de suite passé. Ce fut la première personne à me dire que j’étais séduisant. Cette simple affirmation m’a tout simplement bouleversé.

 (Cela ferait un bon roman à l’eau de rose.) Qui était cette personne ?

 La Princesse Pêche, bien évidemment !

 Quoi ? Pardon ? Comment ? C’est juste que je croyais que

 *Soupir* Oui, je sais… Vous avez entendu toutes les calomnies qu’on dit à mon sujet dans les médias. On ne cesse de répéter que je suis un kidnappeur, un terroriste et je ne sais quoi d’autre. Tout ceci n’est que mensonges abusifs. Au final, ce n’est pas bien différent de ce qu’on me faisait subir à l’école. D’où la réouverture des vieilles blessures.

 (Merde Sérieusement ?) Mais qu’en est-il vraiment alors ? Que s’est-il passé avec Pêche ?

 Nous nous sommes mariés.

 Mariés.

 Et nous avons eu un enfant.

 Enfant.

 Oui : Bouseur Junior. À votre avis d’où vient-il ? Je ne l’ai pas fait tout seul.

 Mon cerveau a buggé.

 Laissez-moi reprendre le fil.

 Faites donc.

 Je savais qu’en me mariant avec la Princesse Pêche, j’allais à nouveau entrer dans un monde hostile à mon égard. Cependant, je ne pouvais pas ignorer notre amour, j’ai donc pris le risque. À ma grande surprise, tout s’est plutôt bien passé pour moi. Par le biais de Pêche et de mes connexions dans le monde du show business, j’ai rencontré quelques personnalités influentes. Je me suis finalement lancé dans le monde des affaires et j’ai fini par bâtir un empire.

 (Une tortue dragon catcheuse qui devient PDG Me suis-je bien réveillé ce matin ?) Alors toutes vos infrastructures, vos bateaux volants, vos châteaux, cela vient de votre entreprise ?

 J’ai également obtenu le contrat pour la restauration du système de distribution des eaux ainsi que les égouts. J’ai une entreprise honnête avec des employés. Vous pensiez que je m’amusais à construire n’importe quoi avec une armée d’esclaves à mon service ?

 (Heu oui.) Mais alors comme les choses ont-elles dégénéré ?

 Le père de Pêche n’a jamais vraiment accepté notre mariage et la situation s’est progressivement envenimée. Au départ, il ne s’agissait que de calomnies et de désinformation. Il usait de son influence sur les médias pour propager des mensonges à mon égard. Dans le même temps, il essayait par tous les moyens d’éloigner Pêche de moi.

 (Un bon patriarche de service ce papa) Comment Pêche a-t-elle réagi ?

 Devant l’autorité abusive de son père et après moult disputes, elle a fini par couper les ponts. Évidemment, son père a rejeté toute la faute sur moi. Tant que je pouvais continuer à vivre avec Pêche, je pouvais encaisser. Cependant, je ne m’attendais pas à la suite.

 (Mais vas-y raconte, je veux connaître le fin mot !) Que pouvait-il faire de pire ?

 Les Frères Marioles.

 (Ceux qui sont censés sauver la princesse Pêche des griffes de Bouseur. Mais si elle n’est pas vraiment captive) Mariole et Louis-Guy ?

 Ceux-là même. Tous le monde les appelle des héros, mais en réalité ce sont des monstres créés par le père de Pêche. Quelle ironie, ils travaillaient auparavant pour moi. C’étaient mes meilleurs plombiers et je n’ai toujours pas réussi à les remplacer. Si vous saviez comme cela peut être dur de trouver de bons employés.

 (Les Frères Marioles travaillaient pour Bouseur ? Je ne comprends plus rien.) Comment se sont-ils retournés contre vous ?

 Les psychotropes. Au début, ils se contentaient de cannabis et je me suis montré laxiste, mais le vice était déjà là. Le père de Pêche leur a proposé des substances plus violentes et un champignon particulièrement hallucinogène. Ainsi drogués, ce ne fut plus qu’une formalité de leur laver le cerveau. Il les a convaincus que j’étais un horrible monstre qui avait kidnappé la princesse Pêche et qu’ils devaient absolument aller la sauver. D’ailleurs, il en a profité pour essayer de convaincre tout le monde avec sa propagande.

 (Je n’arrive toujours pas à y croire et pourtant) Qu’en est-il de tous leurs accomplissements héroïques ?

 Héroïques ? Chez moi, une personne qui massacre des gens par dizaines, on appelle ça un fou furieux, un psychopathe, un boucher. Dites-moi combien de personnes j’ai tué ?

 (Heu) Je ne sais pas.

 Zéro. Et combien les Frères Marioles en ont décimées ?

 (On ne compte plus) Beaucoup.

 Et on les appelle des héros ? Les Frères Marioles sont les créatures monstrueuses du père de Pêche. Il leur a administré des puissants stimulants militaires : des cocktails de stéroïdes et d’adrénaline, des antidouleurs. C’est ainsi qu’ils ont été capables d’accomplir leurs faits “héroïques”. Vous connaissez beaucoup d’humains normaux capables de sauter trois fois plus haut que leur propre taille ? Défoncer des murs de brique avec la tête ? Lancer des gens quatre fois plus lourds qu’eux (moi en l’occurrence) ?

 (Peut-il vraiment avoir raison ? Ce serait quand même fou Tout le monde se serait laissé berné ?) J’avoue qu’en y réfléchissant, c’est un peu bizarre. Mais il y a des éléments dérangeant de votre côté aussi. À chaque fois, la princesse Pêche a été retrouvée dans un château sinistre qui ressemblait étrangement à une prison.

 Un château est un ouvrage défensif à l’origine. Cela reste l’endroit idéal pour se défendre face aux Frères Marioles. Et puis, que jugez vous de l’aspect sinistre ? Ce sont des châteaux de style gothique. Pêche aime l’art gothique. Et moi aussi d’ailleurs

 (Il devait y avoir un truc) Et les cages ?

 *Soupir* Ah, je savais que cela finirait par me retomber dessus. Très bien, puisque vous voulez tout savoir : c’est sexuel. Nous avons des pratiques sadomasochistes et nous aimons aussi faire du jeu de rôle. Voilà, vous êtes contente ?

 (Merde, je suis pas très pro pour le coup. Mais j’ai quand même envie de connaître le fin mot de l’histoire !) C’est donc pour ça que vous avez des colliers et bracelets en cuir clouté ?

 Tout à fait. Le père de Pêche aimerait croire que sa fille est une princesse Barbie. Quand il arrive à la récupérer, il la cloître dans un château rose, l’habille avec des robes roses avec pour seule occupation de cuisiner des gâteaux roses pour son geôlier Mariole. Évidemment, Mariole n’a pas le droit de la toucher. Il est de toute façon trop drogué et endoctriné pour y penser. Heureusement dans un sens Mais de quel droit le père de Pêche s’autorise-t-il à contrôler la vie et la sexualité de sa fille ? On est au 21e siècle maintenant, bon sang !

 (Patriarcat powaa !) Et donc, à chaque fois que vous kidnappiez la princesse Pêche, en fait vous la sauviez.

 Ça y est, vous avez enfin compris. D’ailleurs, des fois Pêche s’est juste enfuie toute seule en faussant compagnie aux hommes de son père. Elle est très débrouillarde et athlétique. Il ne faudrait pas la prendre pour une poire ahahah. Pêche, poire, humour

 (C’est nul, mais je souris quand même.) C’est terrible, en réalité c’est vous et Pêche les victimes de cette histoire.

 Pourtant, tout le monde pense que je suis le monstre et Mariole le héros. C’est la même histoire depuis mon enfance. Dernièrement, je n’ai plus la force de lutter face au monde entier. Et je suis terriblement affligé de voir Pêche subir les conséquences de ma discrimination. Parfois, je me dis qu’elle serait mieux sans moi.

 (Finalement c’est poignant comme histoire, et tragique) Ça, c’est à Pêche de le décider. Son père tente déjà assez de contrôler sa vie, ne faites pas la même erreur.

 Je le sais bien. Néanmoins, je ne peux m’empêcher d’avoir ce sentiment. Vous comprenez pourquoi j’ai besoin d’aide. Je suis un peu à court de ressources et la fatigue mentale me gagne.

 (Pauvre tortue dragon géante.) J’ai saisi votre situation et je vais vous aider

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *