La violence naturelle

Au hasard de mes pérégrinations sur l’Internet Mondial, je suis tombé sur un article parlant de la violence dans les histoires. J’ai commencé à réfléchir sur le sujet et je pense que c’est un thème très vaste et très dur à traiter. Je vais néanmoins essayer de déployer quelques-unes de mes pensées en tentant de les structurer. Je préfère prévenir tout de suite, je ne fais que partager un ressenti et des impressions personnelles. Il ne s’agit nullement d’une étude sérieuse.

Or donc, j’ai l’impression qu’au fil des années, les médias nous offrent une violence de plus en plus décomplexée et, honnêtement, quand on y réfléchit un peu, c’est effrayant. Certes, les histoires violentes existent depuis que les humains sont capables de les raconter. Et les anciens contes et légendes n’ont rien à envier au niveau du trash. Cependant, aujourd’hui, cette violence est vulgarisée, elle est devenue normale, presque ludique, mais surtout systématique et sans aucun questionnement.

C’est naturel

Un argument souvent invoqué : ce serait dans la nature humaine d’être une bête sauvage, violente et égoïste. Un argument complètement empirique qui sert à justifier tout et surtout n’importe quoi. On fantasme ainsi sur des visions d’une humanité à l’état brut, désinhibée de tous ses “interdits de violence”. Comme quoi seule notre société, notre civilisation, nous sauverait de notre nature profonde.

Alors j’ai envie de dire “Non. Mais. Quoi. Pourquoi. Qui. Comment. D’où sort cette idée ?”. Si la nature nous avait vraiment faits sauvages, violents et égoïstes, nous n’aurions pas été loin. Techniquement, nous n’avons vraiment pas beaucoup d’avantages pour survivre à poil dans la forêt. La force des humains, c’est justement la capacité à former des groupes, à coopérer, à communiquer et donc dans une certaine mesure à avoir de l’empathie.

Par ailleurs, je suis loin d’être convaincu que la majorité des gens évitent de tuer simplement par peur des interdits. Je pense simplement que ça ne vient même pas à l’idée de la plupart des personnes. Quant à notre “merveilleuse” civilisation sauveuse, bien au contraire de faire de nous des agneaux, elle a plutôt tendance justement à systémiser les violences.

Regardons par exemple notre culture moderne. N’apprend-on pas aux garçons à être des hommes. Pour cela, on les incite à devenir insensibles, à ne pas pleurer et donc à inhiber leur empathie. Une empathie qui serait donc bien présente à la base et donc dans notre “nature”. Que dire également de toutes les guerres qui sont au final des oppositions d’institutions et non d’individus. Guerres politiques, guerres idéologiques, guerres ethniques, guerres religieuses, guerres économiques, guerres territoriales. Des massacres d’une violence inouïe, et vue l’état psychologique des soldats qui font la guerre, je doute franchement que ce soit dans leur nature. Il suffit d’observer le taux de suicide.

La notion de nationalisme n’est pas innocente à l’opposition entre pays et donc aux conflits. Mais même à l’intérieur des pays, il y a des violences systémisées. La culture du viol qui induit une grande part de violences conjugales. Les oppressions étatiques et les violences dont peuvent faire preuve les polices ou les armées. Ce ne sont pas des oppositions d’individus, ceux qui perpètrent les violences sont des outils de l’institution. L’expérience de Milgram rappelle bien à quel point les individus peuvent se soumettre à l’autorité pour réaliser des atrocités. Ils ne le font pas par “nature violente”.

Ainsi l’argument “c’est dans la nature humaine” est surtout un bon moyen de ne pas s’interroger et de ne pas se remettre en question. Les histoires qui prônent ce modèle contribuent donc au maintien de ces violences. Pire, elles nous font miroiter une soi-disant “sauvagerie naturelle” à laquelle on échapperait grâce à notre société et notre culture sans voir en réalité toute la violence découlant de notre système.

Il a d’autres arguments et encore beaucoup à dire, je pense que je ferai d’autres articles sur le sujet. Si certains lecteurs ont des liens de blogs, ou d’articles sur ce sujet, n’hésitez pas à les partager.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *